La Pollution Atmosphérique Liée au Risque de Démence

La Pollution Atmosphérique Liée au Risque de Démence

11 décembre 2018 Non Par David

 

« La pollution de l’air pourrait être responsable de cas de démence « . Le rapport qui mentionne ces faits, ajoute que  » les personnes exposées à de l’air pollué sont 40 % plus susceptibles de contracter la maladie « .

Les chercheurs ont examiné ce qui est arrivé à près de 140 000 personnes âgées de 50 à 79 ans, inscrites chez des médecins généralistes. Au cours de la période de suivi de l’étude, 2 181 personnes ont été atteintes de démence, soit 1,7 % des participants, et les chercheurs ont constaté que les personnes vivant dans les quartiers  où les niveaux de dioxyde d’azote (qui est un sous-produit des émissions du trafic) sont les plus élevés, avaient une probabilité accrue de développer la démence, comparativement à celles vivant dans les quartiers les moins touchés.

L’étude ne démontre pas que la pollution atmosphérique entraîne un risque accru de démence. Les causes de la démence sont mal comprises et il est probable que plusieurs facteurs contribuent au risque.

Cependant, si la pollution de l’air contribue, même dans une faible mesure, au risque de démence, elle pourrait avoir de sérieuses répercussions sur la santé publique.

Quel genre de recherche était-ce ?

Il s’agissait d’une étude de cohorte rétrospective.

Ce type d’étude observationnelle permet de trouver des liens entre les facteurs, en l’occurrence la pollution de l’air et le diagnostic de la démence, mais ne permet pas de prouver qu’un facteur en cause directement un autre.

D’autres facteurs pourraient être en cause. Par exemple, les quartiers les plus pollués sont peut-être aussi les plus démunis, et nous savons que la privation peut accroître le risque de démence.

Bien que les chercheurs aient tenté d’ajuster leurs chiffres pour tenir compte de la privation au niveau de la population, cela n’a peut-être pas été assez précis pour saisir les niveaux réels de privation des gens.

En quoi consistait la recherche ?

Les chercheurs ont utilisé une base de données qui recueille des données anonymes sur les patients de certains cabinets de médecins généralistes. Ils ont relié les dossiers de 130 978 patients adultes âgés de 50 à 79 ans aux données sur la pollution atmosphérique provenant des sites de surveillance les plus proches de leur code postal.

Les polluants surveillés comprenaient le dioxyde d’azote, les particules (de minuscules particules de suie qui peuvent se retrouver dans les voies respiratoires et les poumons) et l’ozone.

Les chercheurs ont également utilisé des mesures de la densité du trafic pour évaluer la pollution sonore et ont examiné les données sur la pollution de 2004 et les dossiers des patients de 2005 à 2013.

Les personnes qui étaient avec leur omnipraticien depuis moins d’un an, qui souffraient déjà de démence ou qui vivaient dans un foyer de soins pour bénéficiaires internes n’ont pas été incluses.

Les chercheurs ont suivi les personnes jusqu’à la fin de l’étude, ou jusqu’à ce qu’elles reçoivent un diagnostic de démence, qu’elles décèdent ou qu’elles quittent la pratique.

Dans la mesure du possible, les chercheurs ont ajusté leurs chiffres pour tenir compte:

  • de l’âge, du sexe, de l’origine ethnique,
  • du tabagisme et de l’indice de masse corporelle des personnes,
  • du score de privation de la région dans laquelle elles vivent,
  • des données sur les maladies cardiaques, les accidents vasculaires, cérébraux, l’insuffisance cardiaque ou le diabète.

Ils ont également examiné la relation entre différents types de pollution, notamment la pollution sonore et la pollution atmosphérique.

Quels ont été les résultats de base ?

Au cours de la période de suivi de l’étude, 2 181 personnes ont été atteintes de démence. Cela équivaut à 2,4 personnes sur mille, chaque année, soit 1,7 % de la population sur l’ensemble de la période étudiée.

Les chercheurs ont divisé les gens en 5 groupes, en comparant ceux qui vivaient dans les 20 % de zones les plus polluées avec ceux qui vivaient dans les 20 % de zones les moins polluées. ils ont constaté que les gens des zones les plus polluées par le dioxyde d’azote étaient 40 % plus susceptibles d’avoir reçu un diagnostic de démence (rapport de risque [HR] 1,40, intervalle de confiance [IC] 1 à 95 %).

Les chercheurs ont calculé que, si toutes les personnes participant à l’étude avaient été exposées aux mêmes niveaux de dioxyde d’azote que celles des zones les moins polluées, environ 7 % des cas de démence auraient pu être évités ou retardés.

Comment les chercheurs ont-ils interprété les résultats ?

Les chercheurs affirment que leurs conclusions  » ajoutent à une base de données de plus en plus importante reliant la pollution de l’air et la neurodégénérescence (dommages aux cellules nerveuses) « .

Ils affirment que, si leurs conclusions se confirment, même la réduction relativement faible de 7 % du nombre de cas de démence qu’ils pensent possible  » aurait des effets bénéfiques importants sur la santé publique, même si l’impact ne faisait que retarder la progression de la maladie d’Alzheimer « .

Conclusion

Avec l’allongement de la durée de vie, la démence devient une maladie de plus en plus fréquente. C’est pourquoi la recherche sur les causes possibles de la maladie d’Alzheimer et des démences apparentées, et sur les moyens potentiels de réduire le risque de développer cette maladie, est de plus en plus importante.

Nous connaissons déjà certaines des choses qui influent sur le risque, notamment l’âge, la prédisposition génétique, le poids, la tension artérielle, le tabagisme, l’exercice et la consommation d’alcool.

Les chercheurs soutiennent que le taux réel de démence pourrait être plus élevé que le niveau  » officiel  » des cas diagnostiqués et confirmés. Cela pourrait être dû à plusieurs raisons, comme la réticence de certains omnipraticiens à diagnostiquer la démence en raison de la stigmatisation.

Les chercheurs ont reconnu que l’information sur les patients individuels était limitée, notamment en ce qui concerne leur niveau d’éducation, leur niveau de privation personnel, leur exposition au tabagisme passif ou à la pollution au travail.

Enfin, les niveaux de pollution n’ont été mesurés qu’une seule fois, au début de l’étude, de sorte que nous ne connaissons pas l’exposition des gens à la pollution au cours de leur vie, ce qui nous empêche de dire avec certitude que la pollution cause la démence.

Cependant, les résultats de l’étude sont importants. Si la pollution de l’air augmente le risque de démence, les mesures visant à réduire la pollution pourraient avoir un impact important sur le nombre global de personnes atteintes chaque année.

Bien que d’autres recherches soient nécessaires pour explorer davantage le lien avec la démence, il semble raisonnable que les gouvernements poursuivent leurs efforts pour réduire la pollution atmosphérique, en particulier dans les régions les plus polluées.