Qu’est-ce que le cancer du sein ? Quelles en sont les causes ?

Qu’est-ce que le cancer du sein ? Quelles en sont les causes ?

7 mai 2018 Non Par Gilles Dutoit

Le cancer du sein est la deuxième cause de décès par cancer chez les femmes après le cancer du poumon. Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les femmes, après le cancer de la peau. Une femme sur huit aux États-Unis (environ 12 %) développera un cancer du sein au cours de sa vie. C’est aussi la deuxième cause de décès par cancer chez les femmes après le cancer du poumon. Il est encourageant de constater que le taux de mortalité due au cancer du sein a légèrement diminué au cours des dernières années, peut-être en raison d’une plus grande sensibilisation et du dépistage de ce type de cancer, ainsi que de meilleurs traitements.

Le cancer du sein est une maladie qui survient lorsque les cellules du tissu mammaire changent (ou mutent) et continuent de se reproduire. Ces cellules anormales se regroupent généralement pour former une tumeur. Une tumeur est cancéreuse (ou maligne) lorsque ces cellules anormales envahissent d’autres parties du sein ou lorsqu’elles se propagent (ou se métastasent) à d’autres parties du corps par le système sanguin ou lymphatique, un réseau de vaisseaux et de noeuds dans le corps qui joue un rôle dans la lutte contre l’infection. Le cancer du sein commence habituellement dans les glandes productrices de lait du sein (appelées lobules) ou les canaux en forme de tube qui transportent le lait des lobules au mamelon. Moins souvent, le cancer commence dans le tissu conjonctif graisseux et fibreux du sein. Les nouveaux cas de cancer du sein sont environ 100 fois plus fréquents chez les femmes que chez les hommes, mais oui, les hommes peuvent aussi avoir un cancer du sein. Le cancer du sein masculin est rare, mais toute personne ayant des tissus mammaires peut développer un cancer du sein.

Quelles sont les causes du cancer du sein ?

Le cancer du sein est causé par une mutation génétique dans l’ADN des cellules cancéreuses du sein. Comment ou pourquoi ces dommages se produisent n’est pas entièrement compris. Certaines mutations peuvent se développer au hasard au fil du temps, tandis que d’autres sont héréditaires ou peuvent être le résultat d’expositions environnementales ou de facteurs liés au mode de vie. La plupart des cancers du sein sont diagnostiqués chez les femmes de plus de 50 ans, mais il n’est pas clair pourquoi certaines femmes ont un cancer du sein (y compris les femmes sans facteurs de risque) et d’autres pas (y compris celles qui ont des facteurs de risque).

Certains risques de cancer du sein peuvent être évitables. Bien sûr, vous ne pouvez pas contrôler toutes les variables qui peuvent influencer votre risque. Voici les principaux facteurs de risque de cancer du sein à connaître.

  • Âge et sexe

Si vous êtes une femme et que vous vieillissez, vous risquez de développer un cancer du sein. Le risque commence à grimper après l’âge de 40 ans et est plus élevé chez les femmes de 70 ans.

  • Antécédents familiaux

Le fait d’avoir un proche parent atteint d’un cancer du sein augmente le risque de développer la maladie. Le risque de cancer du sein d’une femme est presque le double si elle a une mère, une sœur ou une fille atteinte d’un cancer du sein et environ le triple si elle a deux parents au premier degré ou plus atteints d’un cancer du sein.

  • Une mutation du gène du cancer du sein

On pense que jusqu’à 10% de tous les cancers du sein sont héréditaires, et beaucoup de ces cas sont dus à des défauts dans un ou plusieurs gènes, en particulier les gènes BRCA1 ou BRCA2. Aux États-Unis, les mutations BRCA1 et BRCA2 sont plus fréquentes chez les femmes juives d’origine est-européenne. Le fait d’avoir ces gènes défectueux ne signifie pas que vous aurez un cancer du sein, mais le risque est plus grand : Le risque de cancer du sein au cours de la vie d’une femme porteuse d’une mutation du gène BRCA1, par exemple, peut être de l’ordre de 55 % à 65 %, comparativement à la moyenne de 12 %.

  • Changements et conditions des seins

Les femmes ayant des seins denses ou ayant des antécédents personnels de bosses mammaires, un cancer du sein antérieur ou certaines affections mammaires non cancéreuses sont plus à risque de développer un cancer du sein que les femmes qui n’ont pas ces affections.

  • Race/ethnicité

Les femmes blanches sont légèrement plus susceptibles de développer un cancer du sein que les femmes asiatiques, hispaniques et afro-américaines. Mais les femmes afro-américaines sont plus susceptibles de développer un cancer du sein plus agressif à un plus jeune âge et les femmes afro-américaines et hispaniques sont plus susceptibles de mourir d’un cancer du sein que les femmes blanches.

  • Hormones

Les femmes ayant des menstruations précoces (commençant avant l’âge de 12 ans) et une ménopause tardive (après l’âge de 55 ans) sont plus à risque d’avoir un cancer du sein. Les scientifiques pensent que leur exposition plus longue à l’hormone féminine œstrogène peut être un facteur, car l’œstrogène stimule la croissance des cellules du sein. De même, le recours à l’hormonothérapie après la ménopause semble augmenter le risque de cancer du sein. Les pilules contraceptives orales ont été associées à une légère augmentation du risque de cancer du sein par rapport aux femmes qui n’ont jamais utilisé de contraception hormonale. Mais ce risque est temporaire : Plus de 10 ans après l’arrêt de la pilule, le risque de cancer du sein d’une femme revient à la moyenne.

  • Poids

Les femmes qui sont en surpoids ou obèses après la ménopause sont plus susceptibles d’avoir un cancer du sein. La raison exacte n’est pas claire, mais elle peut être due à des niveaux plus élevés d’œstrogènes produits par les cellules graisseuses après la ménopause. L’embonpoint fait également augmenter le taux d’insuline dans le sang, ce qui peut influer sur le risque de cancer du sein.

  • Consommation d’alcool

Des études suggèrent que les femmes qui boivent deux boissons alcoolisées ou plus par jour sont 1 1/2 fois plus susceptibles de développer un cancer du sein que les femmes qui ne boivent pas. Le risque augmente avec l’augmentation de la consommation d’alcool et on sait que l’alcool augmente aussi le risque d’autres cancers. Pour cette raison, l’American Cancer Society (ACS) recommande aux femmes de s’en tenir à un verre par jour – ou moins.

  • Exposition aux radiations

Le risque pour une femme de développer un cancer du sein peut être plus élevé que la normale si elle a eu des radiations thoraciques pour une autre maladie comme un enfant ou un jeune adulte.

  • Antécédents de grossesse

Le fait de ne pas avoir d’enfants ou d’avoir un premier enfant après l’âge de 30 ans peut augmenter votre risque de cancer du sein.

  • Exposition DES

Les femmes qui ont reçu le diéthylstilbestrol, un médicament maintenant interdit pour prévenir les fausses couches il y a des décennies, sont exposées à un risque légèrement plus élevé de cancer du sein, tout comme leurs filles.

Les scientifiques étudient une foule d’autres facteurs pour déterminer le rôle qu’ils peuvent jouer, le cas échéant, dans le développement du cancer du sein. Il n’y a pas assez de preuves pour dire avec certitude si le tabagisme, les graisses alimentaires ou l’exposition environnementale à certains produits chimiques, par exemple, augmentent le risque de cancer du sein parce que les résultats de l’étude à ce jour sont mitigés.

Quels sont les symptômes du cancer du sein ?

Les symptômes du cancer du sein varient d’une personne à l’autre. Connaître l’apparence et la sensation normales de vos seins peut vous aider à reconnaître les signes et symptômes possibles. À quoi ressemble le cancer du sein ? Vous pouvez avoir un cancer du sein sans rien ressentir qui sorte de l’ordinaire. Mais si vous trouvez une zone d’épaississement du tissu mammaire, une masse dans votre sein (habituellement indolore, mais pas toujours) ou un ganglion lymphatique élargi sous les bras, consultez votre médecin. À quoi ressemble le cancer du sein ? Vous remarquerez peut-être un changement dans la forme ou la taille de votre sein. Vous pourriez avoir une zone de peau qui présente des fossettes ou un mamelon qui fuit. Souvent, il n’y a pas de signes avant-coureurs du cancer du sein. Même si vous développez une bosse, elle peut être trop petite pour être ressentie. C’est pourquoi le dépistage du cancer du sein, habituellement par mammographie, est si important. Les signes et symptômes précoces du cancer du sein que certaines femmes et certains hommes peuvent éprouver comprennent :

  • Nouvelle bosse dans le sein ou l’aisselle, avec ou sans douleur. Les bosses sont souvent dures, mais elles peuvent aussi être molles. (Tous les morceaux ne sont pas des cancers du sein. Certains morceaux peuvent être des changements non cancéreux ou des kystes bénins remplis de liquide, mais ils doivent être vérifiés par votre médecin.
  • Changement de taille ou de forme des seins. Recherchez le gonflement, l’épaississement ou le rétrécissement, surtout dans un sein.
  • Gravure, piqûre ou rougeur. La peau des seins peut prendre l’apparence d’une peau d’orange.
  • Pelage, desquamation ou desquamation de la peau des seins.
  • Mamelon rouge, épais ou écailleux.
  • Douleurs aux seins, aux mamelons ou aux aisselles.
  • Mamelon inversé. Recherchez un mamelon qui tourne vers l’intérieur ou qui s’aplatit.
  • Décharge du mamelon. Il peut être clair ou sanglant.
  • Rougeur ou chaleur inhabituelle. Cela peut être un signe de cancer du sein inflammatoire, une forme rare et agressive de la maladie.
  • Gonflement des ganglions lymphatiques sous le bras ou autour de la clavicule, ce qui pourrait être un signe que le cancer du sein s’est répandu.

Comment dépister et diagnostiquer un cancer du sein ?

Dans le cas du cancer du sein, la détection précoce est essentielle. Plus la maladie est diagnostiquée tôt, moins elle a progressé et meilleurs sont les résultats du traitement.

  • Dépistage du cancer du sein

Une mammographie de dépistage (un type de radiographie mammaire) permet d’identifier la présence d’un cancer, souvent avant l’apparition des symptômes. Les femmes à haut risque de cancer du sein peuvent également être dépistées à l’aide d’autres tests d’imagerie, comme l’IRM du sein. Les organisations médicales et les groupes de défense des droits des femmes atteintes du cancer du sein exhortent les femmes à se soumettre à un dépistage de routine afin de trouver et de traiter le cancer du sein à un stade précoce. Mais les experts ne s’entendent pas sur le moment exact où commencer le dépistage ou sur la fréquence à laquelle les femmes devraient être testées. Le National Comprehensive Cancer Network (une alliance de centres anticancéreux) recommande un dépistage annuel à partir de 40 ans. Selon l’AEC, les femmes âgées de 40 à 44 ans devraient avoir la possibilité de commencer le dépistage chaque année. Il recommande un dépistage annuel pour les femmes âgées de 45 à 54 ans. À 55 ans, une femme peut décider de poursuivre le dépistage annuel ou de passer sa mammographie tous les deux ans tant qu’elle est en bonne santé et qu’il lui reste 10 ans à vivre. Le U.S. Preventive Services Task Force conseille aux femmes de 40 à 49 ans de s’adresser à leur fournisseur de soins de santé pour savoir quand commencer le dépistage et à quelle fréquence. Pour les femmes de 50 à 74 ans, il recommande une mammographie tous les deux ans.

Les femmes à haut risque de développer un cancer du sein devraient être dépistées plus tôt et plus souvent. L’ACS recommande des mammographies annuelles et des IRM du sein à partir de 30 ans pour les femmes présentant un risque plus élevé que la moyenne de développer un cancer du sein, y compris celles qui présentent une mutation génétique connue du cancer du sein ou un parent au premier degré présentant une mutation génétique héréditaire du cancer du sein.

Comme les hommes ont moins de tissus mammaires et moins de cancer du sein, ils ne sont pas systématiquement soumis à un dépistage de la maladie. S’il y a de solides antécédents familiaux de cancer du sein ou une mutation génétique connue dans la famille, un homme pourrait envisager de subir un test génétique pour voir s’il a une mutation qui augmente son risque de cancer du sein masculin.

Les hommes qui courent un risque élevé de cancer du sein devraient parler à leur fournisseur de soins de santé au sujet de l’examen de leurs seins lors des examens de routine et de l’auto-examen des seins.

Qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme, il est utile de connaître l’apparence et la sensation normales de vos seins afin que vous puissiez signaler tout changement à votre médecin. L’American College of Obstetricians and Gynecologists recommande la ” conscience de soi “, ce qui signifie savoir ce qui est normal pour vos propres seins et prêter attention à tout changement que vous pouvez ressentir.

Les auto-examens réguliers des seins ne sont plus recommandés comme méthode de dépistage de routine pour les femmes parce qu’il n’y a pas suffisamment de preuves qu’ils offrent des avantages en matière de détection précoce ou de survie.

Mais les femmes doivent-elles encore faire examiner leurs seins par un médecin chaque année ? Certains groupes médicaux ne voient pas clairement les avantages d’un examen clinique des seins, tandis que d’autres continuent d’en recommander un chaque année dans le cadre d’un examen de routine.

  • Diagnostic du cancer du sein

Un résultat anormal à une mammographie de dépistage ou la découverte d’une masse ou d’autres changements mammaires ne signifie pas nécessairement que vous avez un cancer du sein.

Tout d’abord, votre médecin devra effectuer des tests de suivi à l’aide d’un ou de plusieurs types d’échographies. Une mammographie diagnostique, qui comporte plus de rayons X qu’une mammographie de dépistage, peut offrir une vue plus détaillée de la zone préoccupante. Deux autres tests, une IRM du sein ou une échographie du sein, peuvent être ordonnés pour recueillir des renseignements diagnostiques supplémentaires.

Il n’y a qu’une seule façon de confirmer un diagnostic de cancer. Vous aurez besoin d’une biopsie pour extraire des cellules ou des tissus de la région du sein qui vous préoccupe. Une fine aiguille peut être utilisée pour enlever des cellules ou des tissus, ou vous pouvez subir une intervention chirurgicale pour enlever un morceau de tissu mammaire.

Un pathologiste utilisera ces échantillons pour rechercher un cancer au microscope et pourra effectuer des tests supplémentaires sur l’échantillon de tissu. Les résultats de la pathologie peuvent confirmer si vous avez ou non un cancer du sein et quelles sont vos chances de le vaincre – votre pronostic – peut être. Ces renseignements peuvent aider votre équipe médicale (votre médecin, votre chirurgien, votre radiologue et d’autres fournisseurs) à déterminer le meilleur traitement.

Quels sont les types de cancer du sein ?

Vous et votre médecin devez connaître le type de cancer du sein dont vous souffrez pour obtenir les meilleurs résultats. Votre traitement dépendra de l’endroit où votre cancer a commencé, s’il a envahi d’autres tissus mammaires ou s’il s’est propagé à d’autres parties de votre corps, et si des hormones comme l’œstrogène ou la progestérone alimentent sa croissance, entre autres facteurs.

La plupart des cancers du sein sont des carcinomes, c’est-à-dire des cancers qui commencent dans les cellules qui tapissent les organes ou les tissus. “Les cancers du sein ” in situ ” ne se sont pas propagés aux tissus environnants, ce qui les rend plus traitables, tandis que les cancers du sein ” invasifs ” ont envahi les tissus environnants. “Le cancer du sein ” métastatique ” signifie qu’il s’est propagé à d’autres parties de votre corps, comme les poumons, les os, le foie ou le cerveau. Et un cancer du sein “récurrent” signifie que le cancer du sein est de retour.

  • Carcinome canalaire in situ (DCIS)

Ce pré-cancer hautement traitable (parfois appelé “stade 0” du cancer du sein) commence dans un conduit de lait. C’est le type de cancer du sein non invasif le plus courant, ce qui signifie que les cellules sont anormales mais ne se sont pas propagées aux tissus environnants. Avec le temps, le DCIS peut évoluer vers un cancer du sein invasif.

  • Carcinome canalaire invasif (IDC)

Il s’agit du cancer du sein le plus courant, représentant 80 % de tous les diagnostics de cancer du sein invasif. Aussi appelé “carcinome canalaire infiltrant”, l’IDC commence dans un conduit de lait, traverse la paroi du conduit et envahit les tissus mammaires environnants. Elle peut aussi se propager à d’autres parties du corps. Il existe également plusieurs sous-types d’IDC, qui sont catégorisés en fonction des caractéristiques des tumeurs qui se forment.

  • Carcinome lobulaire invasif (CIL)

Ce type de cancer du sein commence dans les glandes productrices de lait, appelées lobules. Aussi connu sous le nom de “carcinome lobulaire infiltrant”, l’ILC peut se propager au-delà des lobules dans les tissus mammaires environnants et se métastase à d’autres parties du corps. Elle représente environ 10 % des cancers du sein invasifs.

  • Carcinome lobulaire in situ (LCIS)

La LCIS, aussi appelée néoplasie lobulaire, commence dans les lobules producteurs de lait. Techniquement, il ne s’agit pas d’un cancer du sein (même s’il s’agit d’un carcinome), mais plutôt d’une collection de cellules anormales. Les personnes atteintes du LCIS sont plus susceptibles de développer un cancer du sein à l’avenir.

  • Cancer inflammatoire du sein (IBC)

Ce type rare et agressif de cancer du sein provoque une rougeur et un gonflement du sein. Le sein affecté peut être chaud, lourd et tendre. La peau peut devenir dure ou ridée comme une peau d’orange. Consultez immédiatement un médecin si vous présentez ces symptômes. Le cancer inflammatoire du sein a tendance à frapper cinq ans plus tôt, en moyenne, que d’autres types de cancer du sein, et il pourrait ne pas apparaître sur une mammographie. Les femmes afro-américaines courent un plus grand risque de contracter le BAC que les femmes blanches.

  • Maladie de Paget du sein (ou du mamelon)

Ce cancer rare affecte la peau du mamelon et le cercle plus foncé de la peau, appelé aréole, qui l’entoure. Les personnes atteintes de la maladie de Paget peuvent remarquer que le mamelon et l’aréole deviennent squameux, rouges ou démangeaisons. Ils peuvent également remarquer des écoulements jaunes ou sanguinolents provenant du mamelon. La plupart des personnes atteintes de cette condition ont également une ou plusieurs tumeurs (DCIS ou cancer invasif) dans le même sein.

  • Cancer du sein métaplasique

Ce cancer du sein rare et invasif commence dans un canal lactique et forme de grosses tumeurs. Il peut contenir un mélange de cellules qui ont un aspect différent des cancers du sein typiques et peuvent être plus difficiles à diagnostiquer.

  • Angiosarcome du sein

Ce cancer à croissance rapide est rare. Il s’agit habituellement d’une complication d’une radiothérapie antérieure du sein.